Les troubles de la glande thyroïde

Les
troubles de la glande thyroïde

Les
dysfonctionnements de la glande thyroïde ont des
répercussions
multiples sur la santé, principalement au niveau du
cœur, du poids,
du système digestif, de la température
corporelle, de la peau et
sur le caractère. Ce type de pathologie était
auparavant propre aux
pays pauvres, carencés en iode. Aujourd’hui,
quinze pour cent des
Français souffrent d’une maladie de la glande
thyroïde !

La thyroïde,
située dans l’avant du cou, est une glande qui
fabrique des
hormones riches en iode. Les deux principales hormones
thyroïdiennes
sont la T4 (tétraïodothyronine) et la T3
(triiodothyronine) qui
sont essentielles à la vie car elles ont de nombreux effets
sur le
métabolisme, la croissance et le développement de
l’organisme.

L’iode
est un élément indispensable à la
thyroïde et à la synthèse des
hormones thyroïdiennes.
Il
provient de l’eau et de notre alimentation, principalement
les
poissons, les crustacés, les haricots verts et les laitages.

La
thyroïde, un des organes malades de notre temps

En 1986,
l’accident de la centrale de Tchernobyl a
pulvérisé sur l’Europe
de grandes quantités d’iode 131 et de
césium 137,

tous deux radioactifs
,
qui ont contaminé les populations par inhalation mais
surtout par
ingestion
d’aliments contaminés

(en particulier le lait). En France, c’est plus
particulièrement
l’Est et le Sud-Est qui ont été
touchés. Ainsi, en Haute-Corse,
l
e
nombre de personnes ayant consulté pour des
problèmes thyroïdiens
a augmenté de 172 % en 1987.

Les thyroïdites
d’Hashimoto qui représentaient, il y a seulement
quelques années,
1 % des hypothyroïdies, représentent
aujourd’hui plus de
50
% de cette maladie
,
due au césium.

Quant aux
cancers de la thyroïde
,
ils sont en
constante
augmentation

dans la population européenne. En France, 15 % de la
population
souffre d’une pathologie thyroïdienne.
Malheureusement, dix-huit
ans après la catastrophe,
son
influence sur la santé n’est toujours pas reconnue
.

Bien évidemment,
Tchernobyl n’explique pas tout et
bien
d’autres formes de pollution peuvent traduire
l’augmentation des
pathologies thyroïdiennes
.
Je pense particulièrement à la
pollution
atmosphérique,

au benzène des cigarettes, aux différents
rayonnements
électromagnétiques nocifs ainsi qu’aux
métaux lourds.

La
thyroïde, un organe sensible au temps

Ce n’est pas un
hasard si la glande thyroïde se situe

au niveau du cou

puisqu’elle assure l’équilibre entre le
haut et le bas du corps,
entre la tête (nos pensées intérieures)
et le corps (nos actions
extérieures). Elle est la
glande
de notre métabolisme

et elle a le pouvoir de nous faire fonctionner en sur-régime
ou au
contraire au ralenti selon nos émotions.

L’hyperthyroïdie,
c’est l’accélération

L’hyperthyroïdie
est due à une
trop
grande sécrétion d’hormones
thyroïdiennes

dans notre organisme. Cet excès d’hormones
entraîne une
accélération de tous les métabolismes
: t
out
fonctionne trop et trop vite.

Les symptômes sont surtout nerveux (
anxiété,
agitation, irritabilité, tremblement des mains
)
et cardiaques (
palpitations,
tachycardie, extrasystoles
).
On observe également une
perte
de poids inexpliquée
,
de la
fatigue
musculaire
,
des
transpirations
excessives

ainsi que des
diarrhées
fréquentes.

Le traitement de
l’hyperthyroïdie nécessite parfois
l’usage de médicaments
antithyroïdiens (Basdène®-
Néo-mercazole®) qui présentent
malheureusement
des
effets secondaires importants
.
Il y a souvent moyen de les éviter ou de réduire
fortement les
doses par le traitement naturel suivant :

  • Du repos aussi bien physique que psychique, en
    évitant au maximum tout stress.

Homéopathie

  • Vespa
    complexe Lehning n°46
    :
    20 gouttes 3 fois par jour.

  • Iodum 5 CH et Natrum Muriaticum 5 CH :
    3 granules de chaque en alternance trois fois par jour
    jusqu’à amélioration.

Phytothérapie

  • Lycopus europaeus TM :
    30 gouttes 3 fois par jour.

L’hypothyroïdie,
c’est le ralentissement

L’hypothyroïdie
est due à
une
sécrétion trop faible d’hormones
thyroïdiennes

dans notre organisme à cause d’un mauvais
fonctionnement de la
glande thyroïde.

Les
symptômes sont opposés à ceux de
l’hyperthyroïdie

: diminution du rythme cardiaque, une prise de poids
inexpliquée,
une grande frilosité, de la constipation, un manque
d’énergie,
une asthénie générale aussi bien
physique qu’intellectuelle.

Le traitement
classique de l’hypothyroïdie consiste à
remplacer les hormones
manquantes par la prise d’hormones de synthèse
(Levothyrox®).

En médecine
naturelle, on s’intéresse surtout à la
cause de l’hypothyroïdie
qui est soit d’origine environnementale (
pollution,
métaux lourds, carence en iode
),
soit d’origine auto-immune (
thyroïdite
d’Hashimoto
).

L’aide
précieuse de l’algue brune : Laminaria
Japonica

Les propriétés
des algues sont connues depuis des milliers
d’années. Des
recherches mondiales ont démontré que
l’algue brune Laminaria
japonica contient
plusieurs
principes actifs

de la plus haute valeur thérapeutique. Comme toutes les
algues, elle
contient de l’iode organique qui est
un
régulateur du métabolisme thyroïdien et
du système nerveux.

L’originalité
du Laminaria japonica est sa richesse en alginate qui est le plus
puissant chélateur de métaux lourds, car non
seulement

il capte ces toxines
,
mais aussi
il
favorise leur élimination

à l’extérieur de l’organisme.
Le mercure, l’aluminium, le
cadmium, le cobalt et le radium sont des métaux lourds
toxiques qui
s’accumulent progressivement dans notre organisme et qui sont
à
l’origine de plusieurs maladies de notre temps
(hypothyroïdie,
fibromyalgie, fatigue chronique, maladie d’Alzheimer,
cancers…).

L’alginate est
aussi efficace
pour
atténuer les effets des différentes radiations

que subit l’organisme en permanence. Les pollutions
radioactives,
les rayons X, les micro-ondes, les lignes à haute tension,
les
télévisions, les ordinateurs, les
téléphones portables et leurs
antennes relais sont différentes sources de radiations
nocives qui
génèrent chez l’homme des radicaux
libres à l’origine du
vieillissement cellulaire, d’anomalies de naissance, de
troubles
thyroïdiens, de leucémies et de cancers.

La
maca (Lepidium meyenii)

Il s’agit d’une
plante qui pousse dans les Andes péruviennes et dont les
propriétés
médicinales sont connues depuis plus de 5 000 ans.

Des recherches
récentes démontrent que
la
maca a une action stimulante sur l’hypophyse et
l’hypothalamus
,
ce qui explique son rôle considérable dans le bon
fonctionnement
des autres glandes endocrines telles que les ovaires, les testicules,
les glandes surrénales, le pancréas ainsi que la
glande thyroïde.

Les
effets anti-fatigue de la maca
se
manifestent rapidement (
dans
les 72 heures
)
et cette augmentation de l’énergie serait due
à l’action
régulatrice que la maca exerce sur la glande
thyroïde.

acheter
de la maca

Laisser un commentaire